Accueil / Actualités / Célébration de la Fête de l’Indépendance du Royaume du Maroc

Célébration de la Fête de l’Indépendance du Royaume du Maroc

Le peuple marocain célèbre ce jeudi 18 novembre 2021, la fête de l’Indépendance du Royaume, qui commémore le discours historique du 18 novembre 1955 du père de la Nation, feu Sa Majesté Mohammed V, annonçant la fin du protectorat et la libération de la Patrie, et qui restera pour l’éternité un moment fort de l’histoire de notre pays.

La fête de l’indépendance est certes une commémoration d’une page glorieuse de notre Histoire contemporaine, mais elle est également une source d’enseignements pour les générations futures.

La proclamation de l’indépendance du Royaume a été, en effet, le couronnement d’une glorieuse épopée de lutte contre le colonialisme, écrite à la faveur d’un pacte séculaire entre le trône et le peuple, et qui a été jalonnée de sacrifices et de prouesses restées dans les annales de l’histoire.

La symbiose Trône-peuple et la lutte patriotique menée par le peuple marocain ont fini par vaincre avec le retour triomphal du Sultan légitime au Maroc où un accueil inoubliable lui a été réservé par des dizaines de milliers de citoyens venus de toutes les régions du Royaume ouvrant la voie à l’avènement d’un Maroc libre, moderne, fier de son histoire, ouvert sur la modernité et aspirant à un avenir meilleur.

Durant la période du protectorat, le Comité d’action marocain, considéré comme l’embryon du Mouvement national, a vu le jour en 1934, annonçant par la même occasion la naissance de la résistance politique. C’est d’ailleurs ce comité qui allait présenter au gouvernement français un plan de réformes en 1934 et 1936.

En 1943, Feu SM Mohammed V, Père de la Nation et héros de la libération, a mis à profit la tenue au Maroc de la Conférence d’Anfa, qui a réuni  les leaders Alliés durant la deuxième guerre mondiale, pour inscrire la question de l’indépendance du Maroc à l’ordre du jour.

Grâce à cette initiative, le défunt Sultan avait obtenu l’assurance du Président américain Franklin Roosevelt de son soutien au projet d’indépendance du Royaume dès la fin du second conflit mondial.

La date du 11 janvier 1944  est également gravée  dans l’histoire du Maroc, puisqu’elle est celle de la signature du manifeste réclamant l’indépendance du Maroc, par 67 nationalistes, dont une femme, en concertation avec le Sultan feu Mohammed V.

Le Manifeste de l’indépendance que le peuple marocain commémore chaque année, a constitué une étape déterminante dans l’histoire contemporaine du Royaume et l’une des multiples incarnations de la symbiose qui caractérise les liens entre le glorieux Trône alaouite et le mouvement national.

Présenté aux autorités coloniales et aux représentations des trois puissances (États-Unis, Grande-Bretagne et Ex-Union soviétique), il exprimait un message sans équivoque de l’ensemble des marocains qui étaient déterminés à se soustraire de la domination du protectorat.

Ce manifeste, qui a permis de sceller un pacte ingénieux entre le Roi libérateur, Feu Mohammed V, et les leaders du mouvement national, a permis d’entamer la phase de revendication publique de l’indépendance et de la souveraineté nationale en mettant en avant la volonté commune du Trône et du peuple de se défaire du protectorat pour se lancer dans l’édification d’un Maroc libre et indépendant.

Dans son combat pour recouvrer son indépendance, le Maroc a été le théâtre d’actes héroïques destinés à faire échec aux plans du colonisateur, qui n’a épargné aucun effort pour contrôler le territoire national durant près d’un demi-siècle, en divisant le pays en zones réparties entre le protectorat français, dans le centre du Maroc, et le protectorat espagnol dans le nord et le sud, alors que Tanger était faite zone internationale.

Le lancement des premières opérations a constitué une extension naturelle du mouvement de résistance armée, lorsque les autorités d’occupation étrangères ont violé le caractère sacré du Maroc et provoqué le sentiment patriotique de ses fils, en exilant en Corse puis à Madagascar, le père de la nation et héros de la libération et de l’indépendance, feu SM Mohammed V et son compagnon dans la lutte et d’exil feu SM Hassan II et l’illustre famille royale.

La mobilisation totale a vu le jour et une lutte patriotique acharnée s’est organisée pour demander le retour à la mère-patrie du Souverain légitime. La population a rejoint les rangs de l’armée de libération pour s’associer à la résistance contre l’occupation étrangère et pour le retour du héros de la libération et de l’indépendance du pays.

Les opérations héroïques de l’armée de libération marquaient ainsi le début de la fin du colonialisme. En effet, 45 jours après le déclenchement de ces opérations, feu SM Mohammed V était de retour à la mère-patrie, soit le 16 novembre 1955, porteur de la bonne nouvelle de l’indépendance et de la réunification du Royaume.

La date du 16 novembre 1955 restera à jamais gravée dans les annales de l’histoire marocaine. Elle marque le retour à la mère-patrie de Feu SM Mohammed V, traduit la parfaite symbiose entre le trône alaouite et le peuple et annonce l’avènement de l’ère de la libération du pays du protectorat.

C’est cette symbiose admirable entre le Roi et le peuple qui a fini par ébranler les fondements du protectorat et provoquer le départ des dernières troupes coloniales du sol marocain.

Le 16 novembre 1955,  feu SM Mohammed V retrouvait son pays et son peuple. Le père de la Nation, l’artisan de l’indépendance, a été accueilli par un vaste mouvement populaire.

“Nous nous réjouissons de pouvoir annoncer la fin du régime de tutelle et du protectorat et l’avènement de la liberté et de l’indépendance”, avait déclaré feu SM Mohammed V devant une foule qui avait envahi l’esplanade de la mosquée Hassan à Rabat.

Les marocains se sont considérés comme étant indépendants dès le retour d’exil feu SM Mohammed V. Car durant la période de la résistance et de la lutte pour l’indépendance, les marocains n’ont jamais fait la différence entre le Roi et l’indépendance, car  le retour du Roi représentait justement à leur yeux l’indépendance.

Ainsi, la détermination de feu Sa Majesté Mohammed V de libérer le pays et d’entamer une nouvelle ère de démocratie et de développement a eu raison de l’exil forcé et des multiples tentatives des forces du protectorat.

Le héros de la libération, feu Sa Majesté Mohammed V, tout en annonçant la libération de la Nation du joug du protectorat, avait à travers une déclaration lourde de sens, visionnaire et pleine d’enseignements fixé le nouveau cap pour le Maroc qui venait de quitter l’ère coloniale et s’engageait dans celui de la modernisation, de la consolidation de l’Etat, du parachèvement de l’unité nationale et du développement.

Succédant à l’artisan de l’indépendance, Feu SM Hassan II s’est attelé à édifier le pays et à parachever l’intégrité territoriale du Royaume, avec la récupération des provinces du Sud à la faveur de la glorieuse Marche verte.

Aujourd’hui, Sa Majesté le Roi Mohammed VI poursuit cette grande marche avec détermination et dévouement, plaçant en priorité la défense de l’intégrité territoriale du Royaume et engageant de nouveaux chantiers, ceux du développement, de la régionalisation avancée et des grands projets économiques et sociaux.

Et c’est toujours cette même symbiose entre le peuple et son Souverain, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, qui a permis au Maroc de relever les défis du développement, de la modernisation et de la consécration de l’Etat du droit et de la démocratie.

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Sahara Issue: US Reaffirm Support to Morocco’s Autonomy Plan as a ‘Serious, Credible and Realistic’ Solution

Washington – The United States on Monday November  23, 2021, reaffirmed its support to Morocco’s …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *