Accueil / Actualités / GENOCIDE AU RWANDA : TRIANGLE 3B DE RUKERATABARO, QUEL PARCOURS !

GENOCIDE AU RWANDA : TRIANGLE 3B DE RUKERATABARO, QUEL PARCOURS !

Certains membres de la communauté de survivants de Mururu en  district de Rusizi se souviennent du triangle 3B de Théodore Rukeratabaro : la Barrière de triage, la Brigade de mort et le Blindé de viol pour femmes.

Triangle 3B de Rukeratabaro Théodore : Barrière, Brigade, Blindé

Théodore Rukeratabaro a été condamné en Suède, mais les victimes du génocide ressentent qu’il n’a pas été condamné pour tous ses crimes.

Ce sont des Tutsis venant de Winteko et des collines environnantes, tel que Nyakanyinya, Nyakarenzo, Mibirizi et divers autres endroits. Ils étaient des enfants, des adultes, des hommes, des femmes, des jeunes hommes, des filles, des personnes âgées.

Leur cœur n’était plus dans leur poitrine depuis longtemps et ils cherchaient un endroit pour sauver leur vie.

« Les clameurs comme ceux des chasseurs traditionnels partout dans les collines nous avaient stupéfiés, ceux qui, essayant de se cacher dans les plantations de sorgho, étaient débusqués par les chiens. Nous étions entourés de partout », a déclaré Uwimana (nom changé), qui dit qu’elle avait été violée dans le ‘blindé’ installé par Rukeratabaro et qu’elle a survécu miraculeusement malgré les multiples blessures qu’elle avait subies.

Certains d’entre eux se sont alors mis en route pour le stade de Kamarampaka, où ils espéraient être protégés sans se douter du mauvais sort qui les attendait là-bas, tandis que d’autres cherchaient un moyen de fuir au Zaïre, actuelle RD Congo.

Cependant, nombre d’entre eux n’ont fait aucun pas. A peine sortis de leurs cachettes, ils affrontaient les trois B de Rukeratabaro, ça veut dire Barrière, Brigade et Blindé.

À la barrière, ils étaient tous arrêtés. Ceux qui devaient passer, étaient relâchés, ceux qui devaient être tués, étaient gardés et envoyés à la brigade. Une fois dans la brigade, ils étaient entassés comme des boîtes de sardines, dans une pièce très exiguë, à la merci du sort que les tueurs leur réservaient, qui, pour demander pardon, qui pour justifier qu’on s’est trompé sur leur identité, qui pour donner de l’argent en rançon, qui pour être arraché par un puissant…

Dans la brigade, les tueurs tuaient qui ils voulaient à tout moment. Ils sélectionnaient les filles et les femmes qui devraient être violées et les transféraient dans le blindé.

Là, quelle horreur, quel malheur, quelles atrocités pour ces femmes et ces filles ! Pagnes et jupes brutalement étranglées par des couteaux enflammés rougis de sang humain ! Les bébés arrachés avec force des dos de leurs mères qui allaient être étirées nues sur le sol pour le mauvais plaisir des auteurs !

Ils ont violé femmes et filles, et des jeunes filles encore vierges qui ont tenté de résister ont été battues et/ou poignardées et donc violées à l’agonie. Elles ont été abandonnées à elles seules, aux mains des féroces sous les ordres de Rukeratabaro.

« Certaines des personnes qui ont subi diverses atrocités dues aux trois B de Théodore Rukeratabaro, nous ne sommes toujours pas satisfaits de la punition qui lui a été infligée », a déclaré Mukamana, un nom anonyme, qui dit avoir survécu malgré les engagements de Rukeratabaro lui-même à sa poursuite.

Accusé d’avoir organisé, recruté, incité et commis le génocide contre les Tutsis dans les secteurs de Winteko, Nyakanyinya et Mibirizi, dans l’ancienne commune de Cyimbogo (Cyangugu), Rukeratabaro a été arrêté par les autorités suédoises en octobre 2016. Son procès a débuté en septembre 27, 2017 devant la chambre spéciale du tribunal de Stockholm. Le 27 juin 2018, il a été condamné à la réclusion à perpétuité pour génocide.

Malgré les récits cohérents et concordants de plusieurs témoins directs des faits, malgré les accusations sans équivoque de nombreux survivants, Rukeratabaro, soutenu par sa défense, a fait appel du jugement rendu par la chambre spéciale du tribunal de Stockholm.

Cependant, le 29 avril 2019 à 11 heures, la cour d’appel de Stockholm a confirmé le jugement de la chambre spéciale du tribunal de Stockholm. Rukeratabaro a été définitivement condamné à la réclusion à perpétuité pour génocide.

Rukeratabaro Théodore, est né dans l’ancien secteur de Winteko, commune de Kimbogo, préfecture de Cyangugu en 1969, et maintenant dans le secteur de Mururu, district de Rusizi, province de l’Ouest. Lors du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994, il était gendarme.

Après la défaite des ex-Forces Armées Rwandaises (Ex-FAR), Rukeratabaro s’est enfui au Zaïre (RDC), d’où il s’est ensuite enfui au Congo Brazzaville et a ensuite fui en Suède en 1998 où il a obtenu la citoyenneté en 2006. Il avait changé son nom en «Tabaro» pour échapper à la justice.

Telesphore Kaberuka

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Sahara Issue: US Reaffirm Support to Morocco’s Autonomy Plan as a ‘Serious, Credible and Realistic’ Solution

Washington – The United States on Monday November  23, 2021, reaffirmed its support to Morocco’s …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *