Accueil / Accountability / Maroc-ONU/ Coopération Réunion annuelle de haut niveau du groupe des amis de l’Alliance des Civilisations des Nations Unies (UNAOC

Maroc-ONU/ Coopération Réunion annuelle de haut niveau du groupe des amis de l’Alliance des Civilisations des Nations Unies (UNAOC

Le Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger, M. Nasser Bourita, a participé, ce mardi 29 septembre à la réunion annuelle de haut niveau du groupe des amis de l’Alliance des Civilisations des Nations Unies (UNAOC).

La réunion qui coïncidait avec le quinzième anniversaire de l’UNAOC portait sur le thème du « façonnement d’un monde meilleur à travers la construction de sociétés cohésives et inclusives dans l’environnement difficile de la Covid-19 ».

Comme l’a indiqué le Ministre des Affaires Etrangères, le Royaume du Maroc est un membre fondateur de l’Alliance des civilisations.  Sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc a toujours adhéré aux valeurs et aux principes de l’Alliance en plus de partager les idéaux qu’elle promeut.   Il a souligné à ce titre que « la diversité est une identité », « la coexistence est un mode de vie » tandis que les « valeurs d’ouverture, de modération, de tolérance et de compréhension mutuelle » sont un principe inscrit dans la constitution.

Le Ministre a souligné que l’Alliance n’avait cessé de démontrer son importance depuis sa création.  Sa pertinence découle notamment du fait qu’elle ne se définit pas en opposition à un ennemi commun, mais en faveur d’un idéal partagé.  « Elle ne nous oppose pas les uns aux autres, elle nous rassemble », a-t-il affirmé, en rappelant le contexte particulier de la pandémie qui a accentué  la conscience commune d’un destin partagé.

Le Ministre a cité le Message de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion de  la visite de Sa Sainteté le Pape François au Maroc : « Les radicalismes, qu’ils soient ou non religieux, reposent sur la non-connaissance de l’autre, l’ignorance de l’autre, l’ignorance tout court. La “co-connaissance” est une négation de toutes formes de radicalisme. Et c’est cette co-connaissance qui nous permettra de relever les défis de notre présent tourmenté ».

La justesse du plaidoyer en faveur de  la co-connaissance  et de la lutte contre les radicalismes revêt une résonnance particulière dans le contexte de la crise sanitaire actuelle : « Deux réponses sont à rechercher pour des temps tourmentés comme ceux que nous vivons. Trouver un vaccin sûr, efficace et accessible est l’une d’entre elles. Réfléchir à des solutions à long terme pour traiter les maux de nos sociétés, en est certainement une autre ».

En effet, comme l’a affirmé le Ministre, si le monde finira pas surmonter la pandémie, il restera un défi à relever : celui de la construction de sociétés inclusives et cohésives, celui d’un multilatéralisme de l’action, centré sur l’humain et orienté vers les résultats.

En soulignant que les « moments d’incertitude » nécessitent des « actions nobles », le Ministre a affirmé que c’est précisément dans ces moments-là que le besoin de l’Alliance était le plus pressant et que le Maroc « répond et répondra présent ». « Je suis convaincu que la difficulté ne doit pas être un obstacle. Elle doit être un défi, qui nous invite à penser, à travailler et à agir ensemble », a conclu le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger.

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Maroc/Gabon/Coopération:« Le Maroc veut faire du Gabon une plateforme régionale pour les entreprises marocaines » (MAE M. Nasser Bourita)

Le Maroc veut faire du Gabon une plateforme régionale appropriée pour le renforcement du positionnement …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *