Accueil / Accountability / Kizito Mihigo, lauréat posthume  du Prix Havel 2020

Kizito Mihigo, lauréat posthume  du Prix Havel 2020

La Fondation pour les droits de l’homme (HRF) a le plaisir d’annoncer les trois lauréats du prix international Václav Havel 2020 pour la créativité, dont le rwandais Kizito Mihigo, premier lauréat posthume depuis la mise en place du prix en 2012. A coté de ce regretted musicien rwandais et militant pour la paix et la réconciliation, se placent l’artiste visuel chinois Badiucao et le satiriste politique saoudien Omar Abdulaziz.

Les lauréats de cette année recevront leurs récompenses vendredi prochain lors du Forum virtuel de la liberté d’Oslo 2020.

Kizito Mihigo était un chanteur catholique rwandais, auteur-compositeur, organiste et fondateur de la Kizito Mihigo Peace Foundation, qui promouvait la paix, la réconciliation et la non-violence dans les écoles et les prisons à travers des concerts, des pièces de théâtre et de la poésie.

Rescapé du génocide contre les Tutsi en 1994, Kizito a  fait preuve d’un immense courage dans une chanson “Igisobanuro cy’urupfu- Explication de la mort” en  2014 dans laquelle il appelait à la compassion pour tous les morts de 1994. Il disait, “Ndi umunyarwanda ibanzirizwa na ndi umuntu – avant d’être rwandais, on est humain”.

Mihigo a sorti la chanson en sachant que cela entraînerait de terribles conséquences. «Le message est parfois plus important que le messager», a-t-il déclaré. Il a été détenu pour être présenté comme un conspirateur dans un complot anti-gouvernemental violent et condamné à 10 ans de prison.

Il a été libéré sur grâce après avoir purgé environ quatre ans, mais il a été arrêté de nouveau, “il tentait de quitter le pays pour joindre les foreces rebelles contre le pays”, selon le Bureau d’Investigation- RIB. Kizito est décédé en garde à vue, le 17 février 2020. Le régime a affirmé “qu’il s’agissait d’un simple suicide à l’usage d’un drap de lit”.

Quant au chinois Badiucao, c’ est un artiste dissident  en Australie. Son œuvre politique a démasqué les mensonges du régime chinois, sensibilisé aux manifestations pro-démocratie à Hong Kong et exposé la censure du Parti communiste chinois sur la pandémie de coronavirus. Badiucao est le créateur du drapeau Lennon, qui est devenu un puissant symbole de protestation qui a inspiré et mobilisé la communauté mondiale pour qu’elle soit solidaire du mouvement pro-démocratie de Hong Kong. Le régime chinois a tenté de faire taire Badiucao en intimidant sa famille en Chine.

Et enfin, Omar Abdulaziz, satiriste et activiste politique saoudien en exil  au Canada. Son émission de nouvelles satiriques sur Youtube a révélé les mensonges du régime saoudien. Son activisme a sensibilisé à la répression et aux violations des droits de l’homme en cours dans le royaume où la liberté d’expression est inexistante et la satire politique est un crime. Le régime saoudien a tenté de faire taire son activisme en intimidant sa famille, en offrant des pots-de-vin et en faisant de lui une cible de surveillance.

Le Prix Haval est ainsi nommé d’après le regretté poète, dramaturge, dissident, homme d’État et ancien président du FRH Václav Havel. Il rend hommage aux militants qui font preuve de bravoure, de créativité et d’innovation artistique dans la lutte contre les dictatures.

Havel a dirigé la révolution non-violente qui a libéré la Tchécoslovaquie du régime communiste, en utilisant d’abord sa poésie et ses pièces de théâtre, puis des essais politiques et le manifeste de la Charte 77, pour contester le pouvoir arbitraire et l’injustice dans son pays. HRF a lancé le Prix Havel en 2012 avec le soutien de Dagmar Havlová, la veuve de Havel.

Les lauréats du prix Havel reçoivent une sculpture en bronze représentant la «Déesse de la démocratie», la figure emblématique érigée par des étudiants chinois lors des manifestations de la place Tiananmen en juin 1989. Chaque sculpture incarne l’esprit de dissidence créative et représente le pouvoir de la vérité et de la beauté sur le visage de brutalité et d’oppression. Les lauréats se partagent également un prix de 350 000 couronnes norvégiennes (38 000 dollars).

 

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Maroc – Rwanda : Signature de deux accords de coopération

Le Maroc et le Rwanda viennent de renforcer leur coopération, à travers la signature à …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *