Accueil / Accountability / Rwamagana : Abandonnées par leurs parents, les filles-mères plongent dans la prostitution

Rwamagana : Abandonnées par leurs parents, les filles-mères plongent dans la prostitution

Certaines filles des secteurs Muhazi et Fumbwe, district de Rwamagana disent que lorsqu’une fille tombe enceinte, elle devient un déshonneur pour sa famille. Par conséquent, la plupart de ces filles n’ont d’autre choix que de succomber à la prostitution pour pouvoir survivre et prendre soin de ces enfants dépourvus de toute aide.

Pour ces filles, il est malheureux de tomber enceinte dans la maison des parents, car ces derniers qui ne veulent pas prendre la peine de connaître le père de l’enfant conçu de cette manière commencent à punir la malheureuse fille.

L’une d’elles de la cellule de KARAMBI, secteur MUHAZI, de manière anonyme, déclar que la vie lui était devenue difficile depuis qu’elle était enceinte et que le père de l’enfant l’avait rejetée. « Je ne peux pas dire que c’est facile car cela fait déjà 2 ans que j’ai cet enfant. Il n’y a ni savon ni lotion, et quand il tombe malade, je me débrouille avec des herbes. Ou bien je trouve un petit travail de 500FRW pour en acheter du médicament, parfois même insuffisant parce que je n’ai pas d’assurance-maladie pour lui », a-t-elle dit.

Ceci est également confirmé par MUKANDAYISENGA (nom transformé) qui vit dans le secteur FUMBWE. Elle dit que bien souvent, lorsqu’une fille tombe enceinte, elle devient un déshonneur pour sa famille et elle n’a donc personne pour l’aider. Elle témoigne:« Lorsque on tombe enceinte dans la famille, les parents vous punissent, ce qui vous fait vous sentir perdue et seule, vous demandant comment vous allez survivre avec votre enfant lorsque vos parents ne veulent pas vous écouter. On se retrouve sans autre choix que de se prostituer afin de gagner de l’argent pour vivre ».

Radjab MBONYUMUVUNYI, maire du district de RWAMAGANA dit que les parents devraient changer cette mentalité de rejeter leurs filles qui tombent enceintes avant le mariage.

Il donne des conseils : « Une fille qui tombe enceinte, même si elle est considérée comme un déshonneur pour la famille, ne doit pas être abandonnée à elle-même. Lorsqu’une fille a le malheur de tomber enceinte, les parents ont un rôle à jouer dans le bien-être de la fille et de l’enfant qu’elle porte, ce qui la sauve d’une vie malheureuse ».

Le maire Radjab exprimme un espoir, que lorsqu’un enfant est sur le mauvais chemin, les parents doivent être près d’elle pour la remettre sur le bon chemin. « Nous avons entendu de nombreux témoignages de filles qui sont tombées enceintes et qui, soutenues par leurs parents, se sont remises sur la bonne voie et ont continué leur vie normale. Nous tous en tant que pays et en tant que parents, nous devons aider ces jeunes mères à comprendre que tomber enceinte ne signifie pas que la vie s’arrête là», dit-il.

Les résultats de recherche publiés le 19 novembre 2019 par le Ministère du Genre et de la Promotion de la Famille(MIGEPROF) montrent que 70.614 filles sont tombées enceintes depuis 2016 jusqu’en 2018 et que la province de l’Est a le nombre le plus élevé de 19.838, soit 36,1%. La plupart d’elles deviennent prostituées des villes et localités.

Shinga Mukunzi Honoré,

Vacancier de Kigali

 

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Crise libyenne : M. Bourita souligne la nécessité de bâtir sur les progrès réalisés pour réussir les élections de décembre (MAE du Maroc).

Le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *