Accueil / Actualités / Génocide 1994 : Les Tutsi de Bisesero se sont défendus, mais en vain

Génocide 1994 : Les Tutsi de Bisesero se sont défendus, mais en vain

Deux semaines durant, de nombreux Tutsi qui fuyaient les massacres ont pris refuge à Bisesero. Depuis le début du mois de mai 1994, ils se sont défendus jusqu’à la grande attaque collective du 13 mai 1994.

Les collines de Bisesero sont situées dans l’ancienne Préfecture de Kibuye, et faisaient partie de deux Communes, Gisovu et Gishyita, et étaient couvertes de bois touffus. Actuellement Bisesero touche à quatre Secteurs du District de Karongi : Mubuga, Gishyita, Rwankuba et Twumba.

Bisesero était peuplé par de nombreux Tutsi dont on évaluait le nombre à près de 60,000 ; pendant le Génocide ils ont résisté vaillamment et jusqu’au mois de mai les tueurs n’avaient pas encore pu les vaincre. Pendant le Génocide de nombreux Tutsi se sont réfugiés à Bisesero et y ont péri.

S’y sont réfugiés des Tutsi qui sont venus de localités différentes de la Préfecture Kibuye, Rubengera, Rutsiro, Rwamatamu, Gisovu, Gikongoro, Gishyita, Gitesi et Gikongoro.

Ils espéraient que s’ils mettent ensemble leurs forces, ils pourront résister aux attaques des tueurs et vaincre ceux-ci ; ils sont arrivés effectivement jusqu’au mois de mai sans qu’une seule de leurs maisons ne soit incendiée et sans qu’une seule de leurs vaches ne soit abattue par les tueurs. Le 7 avril 1994, après avoir appris la nouvelle de la mort de Habyarimana, dans certaines localités de Kibuye et même de Gikongoro, les Tutsi ont commencé à être tués et se sont réfugiés à Bisesero.

Très vite, les Abasesero ont quitté leurs maisons et se sont réfugiés sur les collines de Muyira et Gitwe. Les autres Tutsi qui s’y refugiaient étaient ceux qui avaient survécu dans d’autres localités et qui sont venus de l’église de Mubuga, Rwamatamu, Gitwa, le stade Gatwaro, Kayove et ailleurs.

Les Tutsi qui se sont réfugiés à Bisesero se sont vaillamment défendus

Ils y sont restés longtemps, affrontant les attaques des tueurs, repoussant celles-ci et tuant un grand nombre parmi ces derniers leur prenant même des armes à feu malgré qu’ils ne savaient pas s’en servir pour se défendre. Le réputé courage qui les caractérisait depuis longtemps leur a permis de continuer à résister contre un ennemi qui se servait de différentes armes dont des fusils alors qu’eux utilisaient leurs bâtons, des pierres, des lances et des arcs.

Les Tutsi venus de Gisovu et Rwankuba (Bisesero nord) se battaient sur les collines de Muyira tandis que les autres se rassemblaient sur la colline Gitwe (partie sud) et y affrontaient les groupes de tueurs. Ils avaient une tactique qui consistait à se mêler à la foule des tueurs et de se battre au corps à corps ; malgré des pertes parmi eux, ils ont tué eux aussi des tueurs et ceux-ci se décourageaient et battaient en retraite surtout que le plus souvent les Tutsi leur avaient pris un grand nombre d’armes.

Le matin, lorsque les tueurs attaquaient, les Tutsi, du haut des collines, leur lançaient des pierres et lorsqu’il n’y en avait plus, descendaient tous ensemble vers l’ennemi pour empêcher ceux-ci à tuer leurs femmes et leurs enfants et à abattre leurs vaches ; ils se battaient jusqu’à ce que les Interahamwe battent en retraite.

Lorsque les Tutsi sentaient qu’ils allaient être vaincus par les Interahamwe, ils se repliaient sur des collines occupées par leurs compagnons, et joignaient leurs forces pour continuer à résister.

Les attaques venaient de différents endroits: des Communes Gisovu et Rwamatamu elles montaient vers Ngoma, dans la Commune Mubuga, et d’autres venaient de la Commune Gishyita. Même si ces attaques venaient de ces localités, les groupes des tueurs étaient venus de toutes les communes de la Préfecture Kibuye et même de certaines communes de Gikongoro. Les combattants Tutsi étaient dirigés par Birara Aminadabu, son fils Nzigira, Segikware, Habiyambere, Paul Bitega qui furent à un certain moment tués. Mais d’autres ont pu survivre comme Karamaga Simeon, Aron Gakoko et Vincent Munyaneza.

Parce que les Tutsi de Bisesero avaient longtemps résisté aux Interahamwe qui n’ont pas pu les vaincre jusqu’à fin avril 1994, le Préfet de Kibuye, KAYISHEMA Clément, et d’autres autorités locales, ont écrit une lettre au Ministre de l’Intérieur , Edouard Karemera, lui-même originaire de Kibuye ; la lettre lui demandait de les aider pour soi-disant chasser les Inkotanyi qui se seraient infiltrés dans Bisesero ( ils prétendaient que les Inkotanyi étaient entrés dans Bisesero et y causaient de l’insécurité parmi la population), et Karemera leur a promis qu’il allait chercher de l’aide et s’adressa au commandant de l’armée rwandaise à Gisenyi et Kibuye, le Colonel Anatole NSENGIYUMVA.

Depuis le 1er jusqu’au 12 mai 1994, les attaques ont cessé à Bisesero, et les Tutsi, croyant à une accalmie, ont commencé à retourner à leurs activités quotidiennes d’agriculture, d’élevage et autres ; mais les tueurs étaient allés préparer une attaque de grande envergure. Les tueurs ont passé deux semaines à se préparer à aller exterminer les Tutsi qui s’étaient réfugiés à Bisesero.

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Rwanda: des dizaines de morts après les inondations et glissements de terrains

Au Rwanda, des centaines de familles sont sinistrées à cause des fortes pluies torrentielles, notamment …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *