Accueil / Actualités / GENOCIDE 1994 : Le Général français conseillait le Rwanda d’améliorer son image à l’étranger et rendre le FPR responsable des massacres

GENOCIDE 1994 : Le Général français conseillait le Rwanda d’améliorer son image à l’étranger et rendre le FPR responsable des massacres

Dans les faits marquant la date du 10 Mai 1994, la CNLG revient sur le message du Col. Rwabalinda après son voyage en France. Gén Huchon conseillait au Rwanda de faire un gros travail de sensibilisation internationale pour améliorer son image à l’étranger et rendre le FPR responsable des massacres.

Selon la Commission Rwandaise de lutte contre le génocide,  la France était prête à poursuivre son soutien aux FAR, malgré le massacre des Tutsi.

Il s’agissait du soutien au plan de la politique internationale; de la présence physique des militaires français au Rwanda, ou tout au moins d’un contingent d’instructeurs pour les actions de « coups de main » pendant le génocide.

Huchon conseillait au Rwanda de faire un gros travail de sensibilisation internationale pour améliorer son image à l’étranger et rendre le FPR responsable des massacres :

« (… ) le général HUCHON m ‘a clairement fait comprendre que les militaires français avaient les mains et les pieds liés pour faire une quelconque intervention en notre faveur à cause de l’opinion des medias que seul le FPR semble piloter.

Si rien n’est fait pour retourner l’image du pays à l’extérieur, les responsables militaires et politiques du Rwanda seront tenus responsables des massacres commis au Rwanda, Il est revenu sur ce point plusieurs fois ».

Ce conseil donné par le général Huchon à Ephrem Rwabalinda fut pris très au sérieux par I ‘hôte rwandais, puisque dans les conclusions de son rapport de mission, il nota : « Soigner davantage I ‘image du pays à I ‘extérieur constitue une des priorités à NE PAS perdre de vue.

Les appareils téléphoniques que j ‘apporte devraient nous aider à sortir de I ‘isolement vis-à- vis de I ‘étranger », Et il révéla que la France était déjà en action pour apporter son soutien au gouvernement intérimaire et à ses forces armées : « la maison militaire de coopération prépare les actions de secours à mener à notre faveur

Juste après le retour de Rwabalinda au Rwanda (il est reparti le 13 mai de Paris), on assiste dans les médias dirigés par le camp du génocide à un certain nombre de changements, un certain optimisme et le souhait de contrôler les dégâts d’image provoqués par le génocide.

Mais, il faut souligner qu’il n’y a jamais eu de normalisation du gouvernement du génocide, du régime génocidaire, au mois de mai. Les Tutsi ont continué à être massacrés.

Discrétion dans les massacres, affirmer incessamment que les Tutsi se suicident, qu’ils sont les responsables……

Apres le rapport de Rwabalinda,  la RTLM informe ses auditeurs de la reprise de l’aide française, avec de discrétion dans les massacres « Une bonne nouvelle pour les Rwandais. Les nouvelles commencent vraiment à être bonnes. C’est que la France a recommencé à nous aider, avec une aide importante en plus, avec des promesses de l’accroître.

Seulement, afin que cette bonne nouvelle continue à nous parvenir, ils demandent qu ‘il n ‘y ait plus de cadavre humain visible sur la route, et aussi qu ‘il n ‘y ait plus de personnes tuant une autre pendant que d ‘autres assistent en riant sans la remettre aux autorités», dit Kantano sur les ondes de RTLM.

Il y a lieu de penser que l’information de la reprise de l’aide militaire française provenait de Rwabalinda et que le message demandant de cacher les tueries constituait la mise en œuvre du conseil donné par le général Huchon à ce dernier. 

La RTLM continue d’inciter au massacre des Tutsi : la poursuite voire le renforcement de la propagande telle qu’elle fonctionne depuis déjà des semaines : le dialogue avec les miliciens sur les barrières, l’encouragement au « travail l’affirmation incessante que les Tutsi se suicident, et qu’au fond ce sont peut-être eux, les Tutsi, qui sont les responsables de toutes les violences.

Le gouvernement génocidaire a continué à recevoir le soutien militaire de la France, par la complicité des militaires français, et par la décision des autorités françaises, à la tête le président Mitterrand.

 

Dr BIZIMANA Jean Damascène

Secrétaire Exécutif de la  CNLG

 

 

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Rwanda: des dizaines de morts après les inondations et glissements de terrains

Au Rwanda, des centaines de familles sont sinistrées à cause des fortes pluies torrentielles, notamment …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *