Accueil / Actualités / Les repères chronologiques du génocide

Les repères chronologiques du génocide

Les chercheurs, enquêteurs et académiciens tentent de retracer et placer le genocide dans le temps. La plupart le voient vers la fin du 19ème siècle jusqu’à son exécution progressive au 20ème siècle.

Damien Vandermeersch est avocat général à la Cour de cassation, ex-juge d’instruction et professeur à l’Université de Louvain et à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Il a beaucoup enquêté sur le génocide au Rwanda et a publié “Comment devient-on génocidaire ?”

Pour l’obtention du Master de Relations Internationales et Action, Mathieu OLIVIER de l’Université Paris 1 – La Sorbonne en parle aussi; introduit par Dominique Franche. Ce dernier est Normalien, agrégé de géographie. – Attaché scientifique de l’Institut Pierre-Mendès-France, administrateur du Centre Michel-Foucault (en 1997).

Selon Dominique Franche, Généalogie du génocide rwandais, « On n’explique pas un génocide. Prétendre le faire serait obscène. […] En revanche, faute de pouvoir connaître le « pourquoi ? », on peut rechercher le « comment ? » et, parfois, on en a le devoir. Ceux qui ont perpétré les génocides d’autres temps et d’autres lieux n’étaient pas fondamentalement différents de nous. »

 Avant 1959

1898:  Proclamation de la souveraineté allemande sur deux royaumes intégrés sous une même identité, le Ruanda-Urundi, peuplés par les Hutus (démographiquement majoritaires), les Tutsis (minorité au pouvoir) et les Twa.

1900 Les Pères blancs fondent leur première mission.

1916 Les Belges chassent les Allemands du Rwanda et l’occupent.

1919: La Société des nations place le territoire de Ruanda-Urundi sous mandat belge, transformé en tutelle en 1946. Comme leurs prédécesseurs allemands, les Belges reconnaissent aux Tutsis une supériorité génétique par rapport aux Hutus et s’appuient sur la monarchie tutsie pour asseoir l’ordre colonial.

1931:  L’administration coloniale belge impose la délivrance d’une carte d’identité aux Rwandais mentionnant leur appartenance à l’une des trois communautés : hutu, tutsi ou twa.

1er novembre 1959: Début de la Révolution sociale et politique. La révolte des Hutu : des Tutsi sont massacrés, d’autres fuient vers les pays voisins : le Burundi, le Congo, l’Ouganda et la Tanzanie (entre 1959 et 1963, près de 300 000 Tutsi rwandais vont s’exiler, soit près de la moitié de la population tutsi du pays).

1960-1990

1960 Victoire des partis hutu aux élections communales.

1961 Première République hutu; Grégoire Kayibanda est élu président.

1er Juillet 1962: Proclamation de l’indépendance du Rwanda. Les Hutu vont exercer le pouvoir jusqu’en 1994. Le roi Kigeli V Ndahindurwa part en exil.

Décembre 1963: Offensive d’exilés tutsi sur le Rwanda à partir du Burundi. Les représailles font 10 000 morts parmi les Tutsi.

11 Mars 1964: Message de mise en garde du  Président Grégoire Kayibanda aux réfugiés rwandais

1972 «Génocide sélectif» des élites hutu au Burundi; plus de 100 000 morts.

1973 En février, instauration de quota limitant l’accès des Tutsi à l’éducation et à l’emploi public. Climat de violence généralisée.

5 Juillet 1973: Coup d’État militaire : le hutu Juvénal Habyarimana pend le pouvoir. Il sera élu à la présidence de la République en 1978, 1983 et 1988.

5 juillet 1975: Habyarimana crée le MRND(Mouvement Révolutionnaire National  pour le Développement)

1978 Nouvelle Constitution. Le MRND devient parti unique. J. Habyarimana est élu Président avec 99,98 % des voix.

1987 Création du Front patriotique rwandais (FPR), en Ouganda.

1990-1994

1er Octobre 1990: Les rebelles tutsis du Front patriotique rwandais (FPR) font des percées à l’intérieur du territoire rwandais, à partir de l’Ouganda. Le Zaïre, la Belgique et la France apportent un appui militaire (opération Noroît) au président hutu Habyarimana. Arrestation à Kigali de 10 000 Tutsis ou opposants hutus et massacre de 1 400 Tutsis à Kibilira par des extrémistes hutus.

1991 Restauration du multipartisme en juin.

1992 La transformation des Interahamwe en milice extrémiste se poursuit. De nombreux Tutsi sont tués dans le Bugesera. Formation d’un gouvernement de compromis MRND et l’opposition (excepté le FPR), en avril.

Mars 1992: Les extrémistes hutus réunis au sein de la Coalition pour la défense de la République (CDR) créent des milices, les Interahamwe. Massacres de Tutsis, au sud-ouest du pays.

Août 1992 à janvier 1993: Succession de massacres de Tutsis et de Hutus modérés par les milices progouvernementales Interahamwe.

Juin 1992: début des négociations avec le FPR, à Arusha (Tanzanie). -Nouveaux massacres dans les régions de Kibuye (août), puis de Gisenyi (décembre).

1993 En janvier, violences meurtrières dans le pays (quelque 300 morts).

Le 8 février 1993, le FPR déclenche une nouvelle offensive.

Avril 1993: Création de la Radio-télévision libre des Mille collines(RTLM), qui incite à la haine des Tutsis et des Hutus modérés.

4 août 1993: signature des accords de paix d’Arusha.

5 Octobre 1993: Création de la Mission des Nations unies pour l’assistance au Rwanda (Minuar), composée de 2 500 casques bleus. En décembre, les troupes françaises de l’opération Noroît quittent le pays.

21 octobre 1993: assassinat du président burundais (hutu) Melchior Ndadaye.

En décembre 1993: retrait des troupes françaises; la MINUAR se met en place.

1994 Février: assassinat des dirigeants du PSD (Félicien Gatabazi)et de la CDR (Martin Bucyana)suivi de violences meurtrières.

6 avril 1994: vers 20h30, l’avion qui ramène le président Habyarimana et Cyprien Ntaryamira (son homologue burundais) d’un sommet en Tanzanie , est abattu.

7 avril 1994: À Kigali, déclenchement des massacres de la minorité tutsi et de l’opposition hutue modérée par les extrémistes hutus. Les premiers bains de sang à Kigali. Assassinat d’Agathe Uwilingiyimana (Première ministre) et de dix Casques bleus belges. Liquidation systématique des Hutu modérés et début des massacres de Tutsi. Guerre ouverte entre FPR et Forces armées rwandaises.

9 avril 1994: la France et la Belgique évacuent les expatriés.

14 avril 1994: la Belgique décide de se retirer de la MINUAR.

19 avril 1994: la violence s’étend à Butare, jusque-là épargnée.

21 avril 1994: la résolution 912 du Conseil de sécurité réduit les effectifs de la MINUAR à moins de 300 hommes sur le terrain.

23 juin 1994: Début de l’intervention militaire et humanitaire française baptisée opération Turquoise, pour une durée de deux mois.

 4 juillet 1994: Après trois mois de combats, les rebelles tutsis du FPR entrent dans la capitale rwandaise Kigali. le FPR se rend maître de la ville de Kigali. Quelque 1,2 millions de Rwandais hutus fuient vers les pays voisins, notamment vers le Kivu, à l’est du Zaïre.

Entre avril et juillet 1994: Le génocide des Tutsis et les assassinats des Hutus modérés par les milices hutus et l’armée rwandaise ont fait plus d’un million (CNLG) victimes.

13 juillet: début de l’exode massif vers le Zaïre.

17 juillet: le FPR proclame la fin de la guerre.

19 juillet: mise en place du gouvernement de l’unité nationale

8 novembre 1994: Le Conseil de sécurité des Nations unies institue le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), chargé de juger les présumés responsables du génocide rwandais.

 

 

 

 

 

 

 

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Rwanda: des dizaines de morts après les inondations et glissements de terrains

Au Rwanda, des centaines de familles sont sinistrées à cause des fortes pluies torrentielles, notamment …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *