Accueil / Actualités / Brésil : la méthode la plus efficace” pour prévenir les grossesses chez les adolescentes “n’est pas le préservatif, ni le stérilet, ni les contraceptifs

Brésil : la méthode la plus efficace” pour prévenir les grossesses chez les adolescentes “n’est pas le préservatif, ni le stérilet, ni les contraceptifs

Le gouvernement brésilien demande aux adolescents de pratiquer l’abstinence et de réserver le sexe pour la vie conjugale afin d’essayer de réduire le taux élevé de grossesses chez les adolescentes.

Le programme controversé d’abstinence sexuelle, fortement critiqué par les associations de professionnels de la santé, est promu par la ministre évangélique de la Femme, de la Famille et des Droits de l’Homme, Damares Alves.

Mme Alves, qui est soutenue par le président Jair Bolsonaro, un chrétien évangélique, est accusée de vouloir imposer un programme religieux au grand public.

L’année dernière, elle a déclaré à la BBC Brasil : “Nous assistons à une campagne très forte en faveur du sexe pour le plaisir uniquement.”

Elle a répondu que “la méthode la plus efficace” pour prévenir les grossesses chez les adolescentes “n’est pas le préservatif, ni le stérilet, ni les contraceptifs”, mais l’abstinence totale de tout rapport sexuel.

 

Selon les chiffres du gouvernement, les grossesses chez les adolescentes ont diminué de 36 % au Brésil entre 2000 et 2017, mais restent obstinément élevées, à l’instar du reste de l’Amérique latine.

Les grossesses entre 15 et 19 ans sont de 62 pour 100 000, alors que la moyenne mondiale est de 44, selon les Nations unies.

Les taux de grossesse chez les adolescentes les plus élevés au monde se trouvent en Afrique de l’Ouest et centrale.

Le slogan officiel de la campagne brésilienne se traduit par “Tout en temps voulu” et est promu sur les médias sociaux avec le hashtag #TudoTemSeuTempo.

Alves explique que l’objectif est d’essayer “quelque chose de nouveau” contre les grossesses d’adolescentes et les maladies sexuellement transmissibles.

Elle dit vouloir “apporter de l’affection dans le débat”, encourager la réflexion et faire réfléchir les adolescents avant d’avoir des relations sexuelles.

Le gouvernement affirme qu’il n’essaie pas d’imposer l’abstinence à qui que ce soit ni d’en faire un débat “moral”.

Mais le président Bolsonaro a déjà demandé aux parents d’arracher des pages d’une brochure réalisée par le ministère de la santé pour les adolescents, qui montre le système reproductif féminin et leur apprend à utiliser des préservatifs.

 

Des stratégies sous critique

Mais cette initiative a été fortement critiquée par les professionnels de la santé qui affirment qu’il n’existe aucune preuve scientifique de l’efficacité d’une telle campagne.

La Société brésilienne de pédiatrie a déclaré dans un communiqué que “la seule façon [scientifiquement] prouvée” de réduire les grossesses chez les adolescentes est de prouver qu’elles ont reçu une éducation sexuelle adéquate et qu’elles ont accès aux services de santé.

Selon l’OMS, l’éducation sexuelle à l’école ou en dehors de l’école “n’augmente pas l’activité sexuelle, les comportements sexuels à risque ou les taux d’infection par les IST (maladies sexuellement transmissibles)/VIH”.

Elle déclare : “Les programmes qui encouragent uniquement l’abstinence se sont avérés inefficaces pour retarder l’initiation sexuelle, réduire la fréquence des rapports sexuels ou diminuer le nombre de partenaires sexuels”.

“Les programmes qui combinent un accent sur le report de l’activité sexuelle avec un contenu sur l’utilisation des préservatifs ou des contraceptifs sont efficaces”.

Samia Bomfim, une militante des droits de la femme et membre du Congrès de l’opposition, a déclaré que le gouvernement essayait de réduire un problème complexe lié à la seule décision des adolescents.

“Dans un pays où la plupart des victimes de viol ont moins de 13 ans, les filles auront-elles l’autonomie nécessaire pour dire non ?” a-t-elle tweeté.

 

L’inspiration chrétienne

L’année dernière, le bureau d’Alves a organisé un séminaire sur la grossesse chez les adolescentes lors du congrès brésilien, auquel ont participé plusieurs intervenants de groupes internationaux qui promeuvent l’abstinence sexuelle.

Mais les critiques s’appuient sur l’expérience américaine, arguant que les programmes d’abstinence sexuelle n’ont pas réussi à prévenir les grossesses chez les adolescentes ni à réduire les maladies sexuellement transmissibles – et qu’il est peu probable qu’ils y parviennent au Brésil.

“De nombreux pays s’efforcent de prévenir les grossesses chez les adolescentes. Malheureusement, ces efforts blâment souvent implicitement les filles et ne visent qu’à modifier leurs comportements, plutôt que de s’attaquer aux causes sous-jacentes des grossesses précoces”, déclare le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA).

Selon le UNFPA, les grossesses précoces sont la conséquence d’un accès limité ou inexistant à l’école, à l’information ou aux soins de santé. Plutôt que de blâmer les filles pour les grossesses d’adolescentes, les Nations unies soulignent que celles-ci sont souvent non planifiées.

“La grossesse des adolescentes n’est généralement pas le résultat d’un choix délibéré – ces filles n’ont souvent guère leur mot à dire sur les décisions qui affectent leur vie”.

Avec bbc afrique

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Maroc-Union Pour la Méditerranée : « Notre espace a besoin que nous lui donnions un autre destin » (MAE  M. Nasser Bourita)  

Le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger, …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *