Accueil / Accountability / Burundi: Emprisonnement de 2 ans et demie contre les 4 journalistes d’Iwacu

Burundi: Emprisonnement de 2 ans et demie contre les 4 journalistes d’Iwacu

Le Tribunal de Grande Instance de Bubanza  au Burundi, vient de prononcer le verdict des 4 journalistes d’Iwacu. Initialement ils étaient accusés de  ’’complicité d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat’’, mais ils sont finalement  aujourd’hui condamnés  pour ’’tentative impossible’’.

Le verdict en début d’après-midi de ce jeudi 30 janvier 2020 était en audience publique, mais en l’absence des concernés.

Les 4 journalistes d’Iwacu condamnées à 2 ans de prison et 6 mois d’emprisonnement, plus une amende de 1 millions de francs burundais chacun.

Leur chauffeur, en liberté provisoire, est acquitté. Leurs biens saisis, comme les téléphones, l’appareil photo, leur véhicule, les enregistreurs et leurs carnets de notes, sont à restituer et à remettre à Iwacu.

Initialement accusés de  ’’complicité d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat’’, ces 4 journalistes sont aujourd’hui condamnés  pour ’’tentative impossible’’.

Il s’agit de l’article 16 du Code pénal : « Il y a tentative impossible lorsqu’un délinquant en puissance a fait tout ce qui était en son pouvoir pour commettre une infraction, alors que celle-ci ne pouvait se réaliser par suite d’une impossibilité qu’il ignorait ».

Cet article mentionne que « la tentative impossible est punie du quart de la peine de l’infraction manquée, si l’infraction est punie de la servitude pénale à perpétuité, l’auteur de la tentative impossible est puni de dix ans de servitude pénale».

A l’issue de l’audience publique du 30 décembre 2019 au Tribunal de Grande Instance de Bubanza, le réquisitoire du substitut du procureur sera lourd : 15 ans de prison pour les 4 journalistes d’Iwacu et leur chauffeur.

Jean Marie Vianney Ntamikevyo demandera que ces 4 journalistes d’Iwacu et leur chauffeur soient frappés d’incapacité électorale temporaire et que leurs biens comme leur véhicule, l’appareil photo, leurs enregistreurs, leurs téléphones portables, les chargeurs, les carnets de notes et leurs cartes nationales d’identité, soient saisis.

Au Groupe de Presse Iwacu, c’est la consternation. « Il nous faut interjeter appel pour que nos confrères soient libérés ». Signalons que lors de son émission publique tenue jeudi 26 décembre 2019, le chef de l’Etat se prononcera sur ce dossier : « Qu’il n’y ait pas d’injustice pour les 4 journalistes d’Iwacu ».

Signalons que ces journalistes et leur chauffeur seront arrêtés le 22 octobre 2019 à Musigati dans la province de Bubanza. La police les embarquera 8 minutes après leur arrivée dans cette commune où sont rapportés au petit matin des affrontements entre un groupe de rebelles et les Forces de l’ordre.

Iwacu

 

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Morocco-Zambia/ the Autonomy Initiative is the only possible solution to Moroccan Sahara issue (Zambian Senior Official)

On the occasion of Africa Day, Grace Njapau Efrati, former Deputy Minister of the Interior …

un commentaire

  1. Attendons voir ce que donnera l’appel. J’espère qu’il en aura lieu quand même.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *