Accueil / Actualités / Rwanda: le gouvernement a repoussé la date limite d’enregistrement des terres

Rwanda: le gouvernement a repoussé la date limite d’enregistrement des terres

L’Autorité rwandaise de gestion et d’utilisation des terres (RLMUA) a prolongé la date limite d’enregistrement des terres du 15 janvier 2020 au 30 juin 2020, citant divers facteurs qui ont conduit de nombreuses personnes à manquer la date limite initiale.

Dans l’annonce, l’Autorité a déclaré que le temps supplémentaire était venu après avoir réalisé que le terrain qui avait été enregistré au cours de la période initiale de trois mois comptait plus de 72 500 parcelles, ce qui est bien moins que plus de 1,47 million de parcelles de terrain qui ne sont pas encore enregistrées.

Parmi ces terres qui ne sont pas encore enregistrées sur leurs propriétaires respectifs, une grande partie se trouve dans la province du Sud avec plus de 497 000 parcelles, suivie de la province de l’Ouest qui compte plus de 393 000 parcelles.

La province du Nord arrive en troisième position avec plus de 297 000 parcelles, la province de l’Est avec plus de 253 000 parcelles, tandis que la ville de Kigali de Kigali compte un peu plus de 30 000 parcelles.

Il y a eu des difficultés

L’Autorité a expliqué que les défis qui ont entravé les progrès comprennent les demandes des personnes qui ont indiqué les difficultés rencontrées pour satisfaire aux exigences d’enregistrement de leurs terres.

«Il existe de nombreuses raisons qui ont empêché de nombreuses personnes d’enregistrer des terres, telles que leur éloignement de leur emplacement, la peur de payer des impôts fonciers et le manque d’argent pour obtenir la« fiche cadastrale »- document officiel de justification de la propriété foncière», Esperence Mukamana, directeur général de la Rwanda Land Management and Use Authority, a déclaré au New Times.

L’Autorité a conseillé à toutes les personnes concernées de soumettre leurs documents pertinents de demande d’enregistrement foncier à l’agent foncier du secteur dans lequel se trouve leur terrain.

Ils ont émis un nouvel avertissement que si le nouveau délai est dépassé, le terrain en question sera considéré comme une propriété du gouvernement.

Les propriétaires fonciers appelés à respecter le nouveau délai

L’autorité a émis un sévère avertissement à toutes les personnes qui ont des terres non enregistrées de les faire enregistrer dans le délai fixé. Dans le cas contraire, les terres non enregistrées seront considérées comme propriété sans propriétaires et seront donc considérées comme la propriété du gouvernement.

L’article 20 de la loi régissant les terres au Rwanda, promulguée en juin 2013, stipule que l’enregistrement des terres est obligatoire pour toute personne (qui en est propriétaire).

Parlant des effets de ne pas enregistrer les terres, Mukamana a déclaré: «cela fait dérailler le développement économique, l’investissement et provoque des conflits dans les familles».

Avec New Times

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Maroc-Côte d’Ivoire / ouverture d’un Consulat Généralde la Côte d’Ivoire à Laayoune

Confirmant la dynamique irréversible de reconnaissance de la marocanité du Sahara, la Côte d’Ivoire a …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *