Accueil / Actualités / Relations Rwanda-Ouganda: Libérer 7 est un bon geste, mais cela ne suffit pas – Nduhungirehe

Relations Rwanda-Ouganda: Libérer 7 est un bon geste, mais cela ne suffit pas – Nduhungirehe

Le Rwanda affirme que la libération de 7 Rwandais par la cour martiale de l’armée en Ouganda, dont René Rutagungira, l’un des premiers Rwandais arrêtés en Ouganda, est une étape positive dans la normalisation des relations entre les deux pays.

Des informations parues dans les médias ougandais indiquent que 7 Rwandais qui étaient soupçonnés d’espionnage ont été libérés par le tribunal mardi et seront immédiatement remis au Rwanda, bien que Kigali n’ait pas encore reçu de communication officielle de Kampala.

Le ministre d’État aux Affaires étrangères chargé de la Communauté de l’Afrique de l’Est Amb. Olivier Nduhungirehe a déclaré à KT Press avoir obtenu des informations par les médias selon lesquelles les 7 personnes avaient été libérées, mais au moment de la presse, le ministère n’avait pas reçu de communication de l’Ouganda.

«C’est une bonne étape mais cela ne devrait pas concerner les sept. Des centaines d’autres sont toujours emprisonnés en Ouganda. Ce n’est pas suffisant mais c’est un bon geste. Nous devons voir tous les Rwandais détenus en Ouganda libérés sans condition pour que cela ait un sens », a déclaré Nduhungirehe.

Nduhungirehe a déclaré que la libération des 7 est un pas dans la bonne direction, mais Kampala devrait montrer son engagement en libérant davantage de Rwandais. Plus de 1 000 Rwandais ont été arrêtés en Ouganda au cours des 3 dernières années, y compris à Rutagungira, pour des allégations d’actes d’espionnage.

Au fil des ans, le Rwanda a protesté contre l’arrestation, la détention sans procès, la torture et l’expulsion illégale de Rwandais ordinaires faussement accusés d’espionnage en Ouganda au nom du Rwanda.

La question a été l’une des questions en suspens qui ont conduit à des tensions entre les deux pays, avec les groupes de soutien de l’Ouganda qui combattent le gouvernement du Rwanda, y compris le groupe terroriste Rwanda National Congress (RNC).

Les problèmes clés à resoudre

«Ce sont les deux problèmes clés que le Rwanda a soulevés avec l’Ouganda et nous espérons qu’ils pourront être résolus et nos deux pays retrouveront de bonnes relations et célébreront une coexistence pacifique avant la fin de cette année», Amb. Dit Nduhungirehe.

Il a déclaré que le Rwanda espère que le président Yoweri Museveni tiendra sa promesse de nouvel an de travailler à la normalisation des relations entre les deux pays.

“Nous espérons que le président Museveni tiendra sa promesse et son engagement pour la nouvelle année”, a déclaré Nduhungirehe, ajoutant que le Rwanda espère que tous les Rwandais seront libérés et que le soutien aux groupes armés sera arrêté.

On ne sait pas encore quand les Rwandais libérés seront renvoyés chez eux. Le cas de Rutagungira est de longue date et les agences de sécurité ougandaises ont maintenu qu’il était un espion.

Dans une récente interview, le président Paul Kagame a déclaré que le Rwanda ne souhaitait pas espionner l’Ouganda – et s’il le devait, il n’utiliserait pas des citoyens ordinaires qui se rendent simplement en Ouganda pour faire des affaires et gagner leur vie comme tout autre citoyen d’Afrique de l’Est.

Environ 1 430 Rwandais ont été expulsés sans cérémonie d’Ouganda, jetés de l’autre côté de la frontière et privés de leurs biens et de leur argent.

Au moment de la presse, le haut-commissaire du Rwanda en Ouganda, le général de division Frank Mugambage, a déclaré à KT Press que la mission n’avait pas encore reçu d’informations officielles sur les 7 Rwandais libérés par la cour martiale, mais a confirmé cette évolution.

“Nous continuons de suivre cette affaire, mais nous n’avons pas encore obtenu d’informations officielles mais nous comprenons qu’ils ont été libérés”, a déclaré Mugambage, confirmant qu’ils incluent Rutagungira.

Selon des informations parues dans les médias ougandais, les sept hommes seront immédiatement remis au Rwanda.

Article de presse de KT Press traduit de l’Anglais

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Moroccan Sahara/ the responsibility of Algeria in the genesis and the maintenance of the regional dispute over the Moroccan Sahara is obvious and imprescriptible (President of the African Institute for Peacebuilding and Conflict Transformation)

In the analysis he developed  during ‘’the Sahara Debate’’, a citizen-run show broadcasted on social …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *