Accueil / Actualités / Kigali : Une femme aveugle défie les femmes dirigeantes devant la première dame, Jeannete Kagame

Kigali : Une femme aveugle défie les femmes dirigeantes devant la première dame, Jeannete Kagame

La présidente de l’Union rwandaise pour les aveugles (RUB), Donatile Kanimba, a attiré le plus d’attention et de louange lors de la réunion des femmes dirigeantes du secteur de la santé mondiale, invitant les décideurs politiques à repenser le handicap dans l’intégration de la dimension de genre.

Après avoir passé plus de cinq minutes la main levée au cours d’une séance de questions-réponses sur 25 ans de femmes après Beijing, Donatile Kanimba était déçue que les modérateurs et le maître de cérémonie ne puissent la voir.

Il a fallu à un groupe de plus de 15 femmes présentes à la conférence crier verbalement à la MC pour l’empêcher de clore la séance de l’après-midi jusqu’à ce que Kanimba ait eu la chance de parler.

«Elle est aveugle et il faut lui donner la chance de dire quelque chose», a crié l’un des participants à la conférence WLGH, forçant le MC à donner une occasion exceptionnelle après avoir entendu ces mots.

Face au panel, qu’elle ne pouvait pas voir, Kanimba s’est assurée que sa voix et celle des autres personnes handicapées soit entendue bien au-delà lors d’une séance à laquelle assistait la première dame, Jeannette Kagame.

«Je me tenais debout pendant tout ce temps dans l’espoir de parler mais vous ne pouviez pas me voir. Tu ne peux pas me voir parce que je ne peux pas te voir? »Demanda Kanimba.

Cependant, Kanimba, qui semblait très contrariée, s’est excusée devant Mme Kagame en disant qu’elle était désolée d’exprimer sa colère en présence de la Première Dame du Rwanda.

«Je suis désolée d’être énervée devant la Première Dame, mais me mettre en colère, c’est humain et c’est déjà arrivé», a-t-elle déclaré, renvoyant la salle de conférence bondée dans le silence et exprimant ses regrets pour cet incident.

«N’essayez pas d’être désolé, car c’est ce qui se produit, même lorsque nous (handicapés) parlons à des donateurs. Ils sont désolés, mais le fait est que je suis ici pour vous rappeler que les handicapés ont été laissés de côté par la déclaration de Beijing “, a-t-elle dit.

La réunion-débat consacrée aux “25 ans après Beijing”, suivie par Kaninba pendant deux heures, a permis d’examiner sérieusement les résultats obtenus, notamment en ce qui concerne la lutte contre la discrimination fondée sur le sexe, la violence à l’égard des femmes et les abus fondés sur des pratiques culturelles telles que le droit coutumier.

Kanimba a déclaré que non seulement les femmes ont été laissées de côté, mais pire encore, ce sont les femmes handicapées.

«Qui va parler pour que nous soyons inclus dans la déclaration de Beijing, qui défendra la femme handicapée qui est imprégnée, mais seulement pour  aggraver son fardeau, qui va veiller à l’aveugle comme nous,? » Kanimba a décrié en envoyant Mme Kagame et la conférence dans le silence.

Après avoir conclu ses commentaires, Kanimba fut lentement guidée par son aide, mais à peine s’était-elle assise que la foule se leva et l’appuya pour ses remarques courageuses.

Bien que Mme Kagame n’ait pas faite de commentaire au cours de la session, elle avait déjà mieux compris lors de la séance d’ouverture la nécessité de modifier les tendances actuelles en matière d’équité entre les sexes afin de donner aux femmes les moyens de jouer un rôle de leader et d’être des agents du changement.

Cet appel a non seulement inspiré Kanimba, mais également le professeur éthiopien Senait Fisseha, directeur des programmes internationaux à la Fondation Buffett, qui a demandé que les femmes fassent du bruit s’il devait y avoir un changement.

«Nous avons besoin de femmes en colère, de femmes déçues et de femmes fortes pour parler de certains problèmes tels que l’avortement, qui est considéré comme tabou dans notre communauté», a déclaré Fisseha.

De tels commentaires ont inspiré des femmes comme Kanimba à crier, mais les participantes à la session ont été déçues que les modérateurs et le panel de la session n’aient pas répondu au cri de Kanimba d’agir en faveur des personnes handicapées.

«Si nous voulons vraiment nous assurer que personne n’est laissé pour compte, nous devons écouter la voix de chaque corps. Je pense que ses remarques auraient reçu une minute de réponse des intervenants de la conférence », a déclaré Stephanie Gregarious, Ph.D., conseillère allemande du projet sectoriel GIZ sur l’inclusion des personnes handicapées.

Sur une note positive, Kanimba était la femme du jour. En dépit de leur déficience visuelle, d’autres dirigeantes l’ont louée devant la salle de conférence pour avoir pu faire entendre sa voix.

Elle a également eu l’occasion d’exprimer ses mesures pratiques et la manière d’intégrer le handicap dans l’équité entre les sexes lors de la prochaine et dernière session sur «Les innovations en matière de santé mondiale», où chaque commentaire qu’elle a suscité a été applaudi.

La conférence de deux jours de la WLGH, qui a été ouverte hier par Mme Kagame à Kigali, devrait permettre aux femmes de proposer des mesures concrètes pour faire avancer le programme d’équité entre les sexes au-delà de mouvements comme MeToo, She4He ou He4She, en intégrant particulièrement les questions de genre.

KT Press

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Un doute plane sur l’héritage laissé par Mugabe après sa mort

L’ancien président zimbabwéen Robert Mugabé, décédé en septembre dernier à l’âge de 95 ans, a …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *