Accueil / Actualités / Au Kenya, plusieurs s’insurgent contre la brutalité policière après la diffusion d’une vidéo

Au Kenya, plusieurs s’insurgent contre la brutalité policière après la diffusion d’une vidéo

Les Kényans ont exprimé leur indignation après la diffusion en ligne d’une vidéo de policiers battant un étudiant.

Sur la vidéo, on peut voir quatre policiers le frapper avec un bâton et lui piétiner la tête, avant qu’il ne soit emmené.Ces quatre personnes ont maintenant été identifiées et suspendues, a déclaré le chef de la police, Hilary Mutyambai.

Le ministre de l’Intérieur Fred Matiang’i a condamné l’agression, déclarant que des mesures seraient prises à l’encontre de tout officier ” qui aurait utilisé une force excessive “.

Bien que les autorités kenyanes affirment que la police est hautement qualifiée, les policiers sont souvent accusés de brutalité dans le pays.

Human Rights Watch a déclaré que pendant la campagne électorale de 2017, des policiers avaient battu et tué des partisans de l’opposition.

L’incident survenu lundi a été filmé lors d’une manifestation à l’Université Jomo Kenyatta d’Agriculture et Technologie, près de la capitale, Nairobi.

La police y avait été déployée après que des étudiants eurent organisé une manifestation contre la montée de l’insécurité.

Elle a suscité de nombreux commentaires de twittos , tel que Ispan Kimutai qui a écrit :

“Nous devons condamner la brutalité policière sur les étudiants. Je veux dire, pour l’amour de Dieu, ce n’est qu’un étudiant et non un terroriste “.

Un autre twittos, Muthuri Kathure a lancé une réflexion:

“Nous devons également nous demander pourquoi les étudiants universitaires doivent être confrontés à une force excessive chaque fois qu’ils sortent pour protester “.

En réponse à la vidéo, le chef de la police du Kenya, Hilary Mutyambai, a décrit ce qui s’est passé comme un ” incident malheureux “.

BBC AFRIQUE

Sur Karegeya Jean Baptiste Omar

Vérifiez également

Ebola en RDC : 23 nouveaux cas en quatre jours, une nette reprise à la hausse

Vingt-trois nouveaux cas de fièvre hémorragique Ebola ont été enregistrés en quatre jours dans l’est …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *