Accueil / Actualités / Rwanda: La mauvaise gestion des ressources humaines oblige le gouvernement à payer 520 millions de Frw

Rwanda: La mauvaise gestion des ressources humaines oblige le gouvernement à payer 520 millions de Frw

Le non-respect de toute l’intégralité des contrats, la résiliation illégale de contrats, le mauvais traitement du personnel, la tricherie et la corruption dans les tests de travail, etc., figuraient parmi les points saillants contenus dans le rapport de gestion du personnel public présenté le mercredi 30 octobre 2019 aux parlementaires rwandais par la Commission de la fonction publique.

Selon la vice-présidente de la commission, Agnès Kayijire, cette mauvaise gestion des ressources humaines au cours de l’exercice budgétaire 2018/2019 a conduit l’Etat à des poursuites judiciaires à l’issue desquelles il doit payer 520 690 279 francs rwandais pour les avoir perdues.

Kayijire a déclaré devant les deux chambres du parlement rwandais qu’au cours de l’exercice 2018/2019, l’État a été entraîné dans 12 procès impliquant 65 chefs d’accusation. L’Etat a gagné seulement 5 et perdu 60 autres.

Dans son rapport, la commission a mis en question les conditions applicables aux tests de recrutement et à l’établissement des gagnants, les renvois et les sanctions arbitraires du personnel, le népotisme, l’absence de dossiers complets du personnel, la gestion des appels de personnel et les modifications incorrectes des résultats des tests de recrutement, pour ne citer que ceux-là.

Les députés et les sénateurs ont exigé que les responsables soient poursuivis en justice et dans la mesure du possible, même devant un tribunal, afin de leur faire payer le préjudice subi par leur pays.

Les instructions ministérielles nº002/m.j/ag/15 du 01/10/2015 prescrit les modalités de poursuite des agents de l’état lui causant des pertes.

« Trouvez-vous possible de restituer toute cette masse d’argent sous le seul appui de ces instructions ministérielles? Ou bien, il vaut mieux engager des poursuites au cas où le récalcitrant résisterait », demande l’honorable Ignacienne Nyirarukundo.

Sur Jean Louis KAGAHE

Vérifiez également

Moroccan Sahara/ the responsibility of Algeria in the genesis and the maintenance of the regional dispute over the Moroccan Sahara is obvious and imprescriptible (President of the African Institute for Peacebuilding and Conflict Transformation)

In the analysis he developed  during ‘’the Sahara Debate’’, a citizen-run show broadcasted on social …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *