Accueil / Actualités / Gisagara: Vente des antirétroviraux comme soins aux animaux domestiques

Gisagara: Vente des antirétroviraux comme soins aux animaux domestiques

Certaines personnes vivant avec le VIH / sida (PVV/Sida) dans le district de Gisagara, dans le sud du Rwanda, vendent des antirétroviraux à d’autres personnes qui les utiliseront à leur guise. Certains les utilisent pour soigner d’autres maladies ou pour soigner les animaux domestiques.

Selon les enquêtes que voicemagazine.rw aurait menées dans ce district, les antirétroviraux sont devenus des marchandises dans le village de Gatovu, cellule de Mamba, secteur de Mamba.

Sous l’anonymat, les témoins locaux se sont livrés à voicemagazine.rw. Mugabo (nom changé), réside dans la cellule Mamba. Sur les deux pieds, il n’hésite pas à révéler que la vente d’antirétroviraux est devenue monnaie courante. « Ces médicaments administrés aux PVV/Sida sont des médicaments à large spectre. Lorsque vous mettez leur poudre sur une plaie, elle sèche à vue d’œil. La même chose se produit lorsque vous les utilisez pour les maux dentaires. Ils disparaissent peu de temps après l’application de la poudre obtenue des antirétroviraux à la région douloureuse des dents », dit-il.

Les antirétroviraux sont utilisés pour engraisser les animaux domestiques

Mugabo continue en révélant ce que la population locale a découvert dans les antirétroviraux en ces termes «  Ces médicaments guérissent nos animaux domestiques. Si par exemple ton cochon ou vache ne mange pas bien, s’il souffre des vers intestinaux ou ne grossit pas, et que tu lui administres un seul comprimé, il se remet directement. C’est pourquoi les personnes recherchent ces médicaments chez les personnes vivant avec le VIH / SIDA. Et surtout, ils engraissent nos animaux domestiques ».

Le marchandage sur les antirétroviraux est devenu un petit commerce important dans lequel certaines personnes profitent. Les antirétroviraux sont achetés à bas prix et sont vendus à des prix imbattables. Selon un témoin anonyme, « un flacon contenant 60 comprimés peut être acheté à 1000 francs rwandais (environ 1 dollar américain) pour être vendu à 6 000 francs rwandais (environ 6 dollars américains) ».

Un hôpital local lance un avertissement

Le Dr Emile Tuyishime, directeur de l’hôpital de Gakoma, a déclaré qu’il n’était pas au courant de ce qui se passait, mais qu’il se mobiliserait pour s’enquérir de la situation réelle. Il met en garde les personnes en bonne santé qui utilisent des antirétroviraux et des personnes vivant avec le VIH / sida qui prennent mal les médicaments qu’elles reçoivent gratuitement.

« Quiconque prend des antirétroviraux sans être infecté par le VIH / SIDA nuit à sa vie, car une fois infecté par le virus, ces médicaments ne peuvent être efficaces car son corps est déjà familiarisé avec le VIH ; le virus découvrira que les médicaments ont été faussement administrés. Pour les PVV / SIDA qui les vendent, ils précipitent leur mort », a déclaré le Dr Emile avant d’ajouter que les antirétroviraux ne sont pas indiqués pour les soins des animaux domestiques.

L’hôpital de Gakoma fournit des soins à environ 190 patients atteints du VIH / sida. L’hôpital dit que les tests médicaux de ces VIH / SIDA garantissent que ces derniers prennent bien leurs médicaments.

Au Rwanda, plus de 180 000 personnes prennent des antirétroviraux. Chaque année, une personne vivant avec le VIH/sida consomme des médicaments d’une valeur de 5 millions de francs rwandais (environ 5 429 dollars américains). RBC (Rwanda Biomedical Center) annonce que sur 12 millions de Rwandais, environ 3% d’entre eux sont atteints du VIH / SIDA soient 360 000 personnes.

Sur Jean Louis KAGAHE

Vérifiez également

Burundi: Deux médias refusent de signer le Code de conduite en période électorale

Le Conseil National de la Communication (CNC) au Burundi, a présenté ce mercredi 16 Octobre, …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *