Accueil / Actualités / Sur les traces de Gandhi 70 ans après sa mort

Sur les traces de Gandhi 70 ans après sa mort

Mahatma Gandhi-archives

 

 

 

 

 

 

Le nom complet de Mahatma Gandhi est Mohandas Karamchand Gandhi, né le 2 octobre 1869. Il a dirigé la résistance du peuple indien pour l’indépendance, libéré du régime colonial britannique.

Durant toute sa vie, il s’est opposé à toutes formes de persécution violente et n’a appliqué que les normes morales les plus élevées.
Soixante-dix ans après sa mort, Gandhi est toujours l’inspiration non seulement en Inde, mais également partout ailleurs.

Dans le monde, la résistance non-violente est depuis utilisée pour mettre fin à la répression, à l’injustice et à la violation des droits fondamentaux de l’homme. Il a inspiré des leaders tels que Nelson Mandela en Afrique du Sud, Aung San Su Kyi au Myanmar, Martin Luther King Jr ou encore l’ancien président des États-Unis, Barack Obama.

Albert Einstein avait déclaré à propos de Gandhi: “Les prochaines générations auront peut-être des difficultés à croire qu’un tel individu ait déjà existé sur Terre”.

Le 150e anniversaire de Mahatma Gandhi se poursuivra jusqu’au 2 octobre 2019. De nombreux séminaires, projections de films, conférences et autres activités sociales seront organisés par le consulat général de l’Inde à Hô Chi Minh-Ville en collaboration avec HUFO, VIFA, l’Église bouddhiste du Vietnam et certaines universités vietnamiennes à Hô Chi Minh-Ville.

 Le combat mené par Gandhi contre la pauvreté […] demeure aujourd’hui encore un “work in progress”.
Plusieurs décennies se sont écoulées depuis. L’Inde a beaucoup changé. Elle est devenue plus prospère grâce à l’ouverture de son économie et sa diversification, sans que pour autant la misère crasse, massive, qui a été si souvent associée à ce pays antique, plurimillénaire, ait été réellement vaincue.

Le combat mené par Gandhi contre la pauvreté depuis 1915 lorsqu’il est revenu dans son pays natal, au terme de vingt-trois années d’expatriation en Afrique du Sud, demeure aujourd’hui encore un « work in progress », 72 ans après l’indépendance !

Le combat de Gandhi ne portait pas uniquement contre la pauvreté. 

« C’était un homme à multiples causes et croisades », affirme Tridip Shurud, ancien directeur du célébrissime Gandhi Ashram d’Ahmedabad (dans le Gujarat) et l’un des principaux spécialistes de la vie et l’œuvre du plus grand Indien depuis le Bouddha. « Gandhi a conduit l’Inde à l’indépendance, mais a aussi obligé ses concitoyens à s’interroger sur leur propension à la violence, leur religiosité débordante et leurs préjugés sociaux liés à la caste. Grâce à ses combats qu’il a personnellement incarnés à travers ses jeûnes, ses marches et ses écrits, le Mahatma s’est imposé comme la conscience de la nation et du monde. Sa méthode de combat, basée sur la non-violence, il l’appellera “satyagraha”, qui signifie “la force de la vérité”, littéralement parlant », poursuit le professeur.

L’étoile de Gandhi s’est considérablement pâlie, notamment depuis l’arrivée au pouvoir en 2014 de la droite hindouiste.
C’est sans doute cette dimension éthique et universelle de l’homme qui faisait dire au premier Premier ministre indien Jawaharlal Nehru aux funérailles de son mentor, tombé sous les balles d’un extrémiste hindou dans les mois qui ont suivi l’indépendance, que la lumière qu’il avait allumée continuerait de guider le pays dans son chemin vers l’avenir. Nehru était persuadé que l’étoile de Bapu brillerait cent ans, mille ans, voire pour toute l’éternité.

Certes, dans les décennies qui ont suivi son assassinat, l’influence de Gandhi

n’a eu de cesse de croître à travers le monde, comme en témoigne l’inspiration puisée dans sa philosophie de résistance non-violente par les leaders des peuples dominés tels que l’Américain Martin Luther King, le Dalaï-Lama du Tibet, le Sud-Africain Nelson Mandela, ou encore la Birmane Aung San Suu Kyi et plus récemment les jeunes manifestants de la place Tahrir et de Hong Kong où on a vu fleurir des pancartes brandissant photos et messages de Gandhi. A contrario, dans son pays natal, l’étoile de Gandhi s’est considérablement pâlie, notamment depuis l’arrivée au pouvoir en 2014 de la droite hindouiste dont l’ambition de faire de l’Inde un pays hindou est diamétralement opposée à l’idéal promu par Gandhi d’un État laïc où la majorité et les minorités vivront côte à côte en harmonie et en bonne entente.

Quel avenir pour l’héritage de Gandhi dans ce contexte de polarisation des forces politiques dans une Inde post-congressiste, parti qui a conduit le pays à l’indépendance sous le leadership de Gandhi et de Nehru ? Quel rapport les Indiens entretiennent-ils avec cette figure tutélaire de leur passé ? J’ai l’espoir que mon périple à travers quelques-uns des hauts lieux de l’univers gandhien me permettra d’apporter des réponses à ces questions que beaucoup de gens se posent aujourd’hui sur Gandhi et comprendre ce qui fait de lui cet homme d’exception.

Renaissance Actu.

Sur Jean Louis KAGAHE

Vérifiez également

Burundi: Deux médias refusent de signer le Code de conduite en période électorale

Le Conseil National de la Communication (CNC) au Burundi, a présenté ce mercredi 16 Octobre, …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *