Accueil / Santé / Suicide, problème de santé publique majeur

Suicide, problème de santé publique majeur

Le 10 septembre, est une Journée mondiale de prévention du suicide. À l’échelle mondiale, on estime qu’un suicide a lieu toutes les 40 secondes et une tentative toutes les 3 secondes. Ces chiffres sont cruels. L’OMS considère le suicide comme un problème de santé publique énorme mais en grande partie évitable.

On compte actuellement près d’un million de décès annuels dus au suicide, et le coût économique se chiffre en milliards de dollars. Selon les estimations, le nombre de décès dus au suicide pourrait passer à 1,5 million d’ici 2020.

Chez les familles et les amis touchés par le suicide ou la tentative de suicide d’un être cher, l’impact affectif peut être ressenti pendant des années.

Aujourd’hui, le nombre de personnes qui mettent fin à leurs jours, quel que soit leur âge, est excessif. Toutes les 40 secondes un suicide vient bouleverser l’existence de familles et d’amis. Et pour chaque personne qui met fin à ses jours, on en compte une vingtaine, ou davantage, qui tentent de se suicider. Chez les familles et les amis touchés par le suicide ou la tentative de suicide d’un être cher, l’impact affectif peut être ressenti pendant des années.

On prend de plus en plus conscience du fait que le suicide constitue un problème de santé publique majeur, même si dans de nombreuses sociétés la coutume veut qu’on n’en parle pas ouvertement. Le taux de suicide a augmenté de 60 % au cours des cinquante dernières années. Cet accroissement a été particulièrement marqué dans les pays en développement. Si les suicides figurent désormais parmi les trois premières causes de décès chez les jeunes, âgés de 15 à 34 ans, dans le monde, la majorité des suicides concernent les adultes et les personnes âgées de 60 ans et plus.

Cette année, cette Journée met l’accent sur la prévention du suicide aux différents stades de la vie. Ce thème a été retenu pour souligner qu’on se suicide à n’importe quel âge et que les mesures de prévention adoptées sur le plan national doivent tenir compte des besoins des différentes classes d’âge.

La Journée mondiale de prévention du suicide donne l’occasion d’unir les engagements et les efforts pour prévenir le suicide, faire en sorte que les personnes atteintes de troubles mentaux reçoivent un traitement adéquat, que des soins de proximité et un suivi attentif soient mis en place après une tentative de suicide, que soit restreint l’accès aux moyens courants de se suicider et enfin, que l’on veille à ce que les médias rendent compte des suicides de manière plus mesurée.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) appuie les initiatives de prévention du suicide à tout âge. L’OMS collabore avec les gouvernements et d’autres partenaires comme l’Association nationale pour la prévention du suicide pour que le phénomène ne soit plus considéré comme tabou ou comme l’issue acceptable d’une crise de caractère personnel ou social mais comme une affection influencée par des facteurs de risque psychosociaux, culturels, et environnementaux, que des mesures nationales axées sur les principaux facteurs de risque locaux, peuvent permettre d’éviter.

Le rôle de l’OMS est de susciter un engagement au plus niveau afin que des politiques nationales de prévention du suicide soient mises en place, de donner aux pays davantage de moyens pour planifier ces mesures, en jeter les bases et les mettre en oeuvre.

Si les gouvernements s’engagent à définir des mesures nationales de prévention du suicide à tous les stades de la vie, d’énormes progrès pourront être réalisés. Si nous mettons en place des réseaux et des alliances pour promouvoir des approches communes afin d’appuyer la planification et l’application de mesures nationales par les autorités, le suicide restera certes un phénomène d’une ampleur considérable, mais deviendra aussi un problème de santé publique largement évitable.

 

Sur Jean Louis KAGAHE

Vérifiez également

Kigali : Rencontre des délégations rwando-ougandaise pour la paix

Les pourparlers de paix entre le Rwanda et l’Ouganda sont en cours à Kigali. La …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *