Accueil / Actualités / Ebola en RDC : interdit de sortie du territoire, l’ex-ministre de la Santé dénonce un acte « illégal»

Ebola en RDC : interdit de sortie du territoire, l’ex-ministre de la Santé dénonce un acte « illégal»

Dr Oly Ilunga ex Ministre congolais de santé

Le Dr Oly Ilunga visé par une enquête judiciaire concernant l’utilisation de fonds publics dans la lutte contre Ebola a été interdit de sortie du territoire de la République démocratique du Congo. L’ancien ministre de la Santé a dénoncé un acte « illégal».

Sur ordre de la hiérarchie, le Dr. Oly Ilunga Kalenga est « interdit » de sortir du territoire national, selon ce document de la Direction général de migrations (DGM) daté de vendredi. Le docteur Oly Ilunga a été entendu en début de semaine par la justice congolaise dans une enquête sur l’utilisation de fonds publics dans la lutte contre l’épidémie d’ Ebola qui a tué plus de 2000 personnes depuis août 2018 en RDC.

Via un communiqué de ses avocats, l’ancien ministre s’est défendu, dénonçant un acte « illégal ». « Le Dr. Oly Ilunga Kalenga informe l’opinion qu’il va user de toutes les voies légales pour défendre ses droits et son honneur », précise le document.

Nommé en décembre 2016, Oly Ilunga a démissionné le 22 juillet. Il s’estimait désavoué par le président congolais Félix Tshisekedi, qui lui avait retiré la conduite de la riposte contre Ebola. Le chef de l’État en a confié la coordination à Jean-Jacques Muyembe, directeur de l’Institut congolais de la recherche biomédicale de Kinshasa (INRB).

Deux vaccins

L’ex-ministre s’opposait aussi à l’introduction d’un deuxième vaccin « par des acteurs qui ont fait preuve d’un manque d’éthique manifeste ». Le ministre s’était opposé dans une circulaire à l’introduction de ce deuxième vaccin du laboratoire belge Janssen, filiale de l’Américain Johnson&Johnson.

En RDC, 208 321 personnes ont été vaccinées contre Ebola, selon les autorités qui précisent que le seul vaccin valable est « le rVSV-ZEBOV fabriqué par le groupe pharmaceutique (américain) Merck ».

La dixième épidémie d’Ebola sur le sol congolais a tué 2015 personnes depuis qu’elle a été déclarée le 1er août 2018 dans l’est du pays, selon le dernier bilan officiel daté de vendredi.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres est arrivé samedi à Goma (est) pour « une visite de solidarité » dans cette partie de la RDC touchée par la maladie à virus Ebola.

Jeune Afrique et AFP

 

Sur Jean Louis KAGAHE

Vérifiez également

En l’absence de preuves, le Maroc s’interroge sur le contexte du dernier rapport d’Amnesty International (M. Bourita)

Le Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *