Accueil / Actualités / Le Rwanda a entrepris la prévention contre l’épidémie d’Ebola

Le Rwanda a entrepris la prévention contre l’épidémie d’Ebola

La détection de la fièvre est faite sur toute personne franchissant la frontière-photo igihe.com

Quatre mois vont bientôt s’écouler alors que le Rwanda a mis en place des mesures préventives pour contrer la propagation  de la fièvre hémorragique d’Ebola sur son territoire en commençant par vacciner les médecins et autres agents de santé opérant dans  zones frontalières  avec la RDC ainsi qu’avec l’Uganda. Plus de 2600 individus sur 3000 préalablement prévus ont été vaccinés à ce jour.

A une semaine  bientôt de la détection d’un cas d’Ebola dans la Ville de Goma  frontalière du Rwanda, les inquiétudes se multiplient de part et d’autre de la frontière , en même temps que des agents de santé s’activent pour des mesures préventives.

Lundi 15 juillet 2019, au lendemain de la mise en isolement  d’un pasteur  en provenance de Butembo vers Goma atteint de la fièvre hémorragique d’Ebola , la Ministre rwandaise de la santé, Dr Diane Gashumba s’est rendue dans le district de Rubavu, plus précisément aux postes frontaliers entre le Rwanda et la RDC pour se rendre compte de l’état de la situation, et surtout, pour appeler la population au calme.

Dr Gashumba a exhorté la population du Rwanda à réduire  ses navettes entre Goma et Gisenyi  pour éviter de s’exposer au contact avec le virus d’Ebola, notamment quand les gens peuvent s’approvisionner localement en denrées recherchées de l’autre côté.

«  Nous ne pouvons pas interdire aux gens de mener leurs courses transfrontalières, mais chacun doit être en accord avec sa conscience que la protection de l’intégrité territoriale est son affaire, notamment en ce qui concerne la protection contre  la propagation du virus d’Ebola sur notre territoire » a déclaré Dr Gashumba dans un communiqué de presse.

Plus de 2600  personnes ont déjà été vaccinées

Alors que depuis août  2018 l’épidémie d’Ebola continue de sévir  dans l’est de la RDC , le Ministère de la santé du Rwanda a  opté en phase d’essai, depuis avril 2019 , pour la vaccination des médecins et autres agents de santé exposés au risque de contamination parce que  travaillant dans les zones frontalières avec les foyers de la maladie Ebola.

Selon le Lt Col Dr Kanyankole William, Médecin Directeur de l’Hôpital de Gisenyi  repris par le journal local « Imvaho Nshya », la vaccination en phase d’essai évolue bien.

«  Nous avons  déjà vacciné plus de 2600 actuellement sur 3000 préalablement prévus, sauf  que pour certains,  leur organisme a présenté  certaines réactions au  vaccin comme l’asthénie (affaiblissement de l’organisme), des céphalées, mais cela a été aussi passager » a déclaré Dr Kanyankore.

Néanmoins, a-t-il ajouté que  «  ce vaccin ne peut être  administré aux personnes ayant des maladies quasi incurables tel que le diabète, l’hypertension, voire aux femmes enceintes ».

L’administration de ce vaccin a été initialement faite aux postes  frontaliers entre le Rwanda et la Ville de Goma connus sous les noms de Petite barrière et Grande barrière ( La Corniche)  qui sont traversées par plus ou moins 70 mille personnes par jour.

La détection des malades d’Ebola aux frontières demeure compliquée

Pout tout procédé de détection des malades d’Ebola aux frontières entre le Rwanda et la Ville de Goma, les agents de santé se servent des caméras de détection de la fièvre. En cas de fièvre élevée qui pourrait insinuer la présence de la maladie chez l’individu, la camera émet un signe d’alarme.

Les caméras sont installées de façon à pouvoir examiner la fièvre chez  plusieurs individus à la fois.

Caméra de detection de la fièvre Ebola à la frontière rwando-congolaise-photo igihe.com

Toutefois, le nombre élevé des  personnes qui traversent d’un pays à l’autre par des chemins clandestins notamment pour des raisons de trafic commercial illégal cause encore un problème sérieux car elles ne sont pas examinées.

Par ailleurs, ces navettes incontrôlables demeurent un véritable danger dans la mesure où les recherches ont prouvé qu’un individu atteint d’Ebola est capable de contaminer entre 30 et 50 personnes qui l’entourent à la fois.

 

L’administration locale  a mis en place des mesures de prévention

L’administration locale du district de Rubavu frontalière avec la Ville de Goma a entrepris de sensibiliser la population aux mesures de prévention notamment  en  invitant les gens à passer par la frontière lors  pour y  être examinés, prendre soin de laver régulièrement les mains, informer les agents de santé lorsqu’ils reconnaissent quelqu’un présentant les signes d’Ebola, ou recourir au Centre de santé ou Hôpital les plus proches dans le où  ils ressentent un des signes de la maladie.

Il leur a été indiqué, que dans les cas ci-haut, elles pourraient appeler aux lignes téléphoniques gratuites, 114 pour le MINISANTE et 112 pour la Police Nationale.

Selon laVice-Maire du District de Rubavu chargée des Affaires sociales, Uwampayizina Grace, la situation n’est pas alarmante.

«  Toute personne qui passe au poste frontalier est examinée, et dans le cas où il y en aurait une qui présente des signes de la maladie, elle serait vite soignée. D’autre part nous demandons à la population de rester vigilante et de donner les informations nécessaires à temps sur tout cas suspect » a-t-elle indiqué.

Un site  d’accueil a été installé pour la circonstance dans le secteur de Rugerero, district de Rubavu , province de l’ouest pour y accueillir  et y soigner des personnes soupçonnées d’être atteintes d’Ebola. Les populations locales  sont aussi invitées  à éviter des déplacements intempestifs vers des zones à risque.

Cette activité de vaccination n’est encore qu’en phase d’essai, et le Ministère de la santé indique qu’il faudra plus ou moins 12 milliards  (12 000 000 000) des francs rwandais pour la continuer jusqu’au mois de juin 2019.

D’après les récentes statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’épidémie d’Ebola,  a déjà  fait près de 1.700 morts depuis l’été dernier en République démocratique du Congo.

Jean Louis KAGAHE

 

 

Sur Jean Louis KAGAHE

Vérifiez également

Burundi: Deux médias refusent de signer le Code de conduite en période électorale

Le Conseil National de la Communication (CNC) au Burundi, a présenté ce mercredi 16 Octobre, …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *