Accueil / Actualités / Buteurs, talents, nations records… Toutes les statistiques de la CAN 2019

Buteurs, talents, nations records… Toutes les statistiques de la CAN 2019

Le Cameroun vainqueur de la CAN 2017 au Gabon- archives

La 32e édition de la Coupe d’Afrique des nations se tient en Égypte du 21 juin au 19 juillet. Avant l’ouverture de cette CAN à 24, RFI passe en revue les 552 joueurs des 24 pays qualifiés et revient sur les chiffres-références de la grande compétition africaine. Il est question de records de précocité et de longévité, de buts en pagaille, de titres prestigieux… Bref, le meilleur de la CAN.

Qui succédera au Cameroun, le champion d’Afrique 2017 qui va remettre son titre en jeu ? Les Lions indomptables eux-mêmes, histoire de se rapprocher du record de la nation la plus titrée ? L’Égypte, qui va évoluer à domicile ? La Mauritanie, l’une des trois sélections novices dans la compétition ? Un autre pays parmi les 24 qualifiés ? Ce sera à suivre cet été en compagnie de RFI.

Avant de se plonger pleinement dans cette CAN 2019 au pays des Pharaons, nous vous proposons un gros plan sur les chiffres importants de la compétition. Une analyse qui porte autant sur les performances du passé que sur celles attendues ces prochaines semaines.

LE JOUEUR LE PLUS JEUNE : MARC LAMTI (TUNISIE)

La Coupe d’Afrique des nations fête ses 62 ans, et en cette 32e édition, un cap est en passe d’être franchi : pour la première fois, des footballeurs nés au XXIe siècle vont peut-être jouer. La palme du plus jeune revient au défenseur de la Tunisie Marc Lamti, âgé de 18 ans et 4 mois. Il est l’unique joueur né en 2001 convoqué pour la CAN 2019. Germano-tunisien de naissance (il a vu le jour à Cologne le 28 janvier 2001), Lamti, qui évolue au Bayer Leverkusen, a décidé de représenter les Aigles de Carthage.

Quatre joueurs seulement qui participent à cette édition de la CAN sont des natifs de 2000 et 2001 dont deux réunis sur ce cliché : Mohamed Amissi du Burundi (né le 3 Août 2000) et le plus jeune entre tous, notre champion Marc Lamti (né le 28 janvier 2001).

Le Malien Cheick Doucouré, le Bissaoguinéen Edimar Vieira Ca « Ivanov » et le Burundais Mohamed Amissi sont, eux, nés en 2000.

A noter que Marc Lamti ne battra pas le record du plus jeune joueur à avoir joué un match de CAN. Cette distinction revient au Gabonais Shiva Star N’Zigou, qui avait 16 ans, 2 mois et 30 jours quand il joua (et marqua) contre l’Afrique du Sud lors de la CAN 2000. Toutefois, l’ancien attaquant a admis, dans une interview donnée durant l’été 2018, qu’il avait été contraint de mentir sur son âge au début de sa carrière et qu’il avait en fait cinq ans de plus.

 

LE JOUEUR LE PLUS ÂGÉ : NABY-MOUSSA YATTARA (GUINÉE) LOIN DERRIERE ESSAM EL HADARY (ÉGYPTE)

Le gardien de la Guinée, Naby-Moussa Yattara, est le joueur le plus âgé de la compétition. Le portier du Syli national et de l’AS Excelsior, un club de l’île de La Réunion, a le titre de doyen avec ses 35 ans, 5 mois et 9 jours (son âgé précis au coup d’envoi de la CAN 2019, le 21 juin).

Il reste quand même à bonne distance du record absolu établi en 2017 par la légende du football égyptien, Essam El Hadary. Le gardien des Pharaons avait 44 ans et 21 jours quand il disputa la finale de la dernière CAN. El Hadary est aussi le plus vieux joueur d’une Coupe du monde (45 ans, 5 mois et 11 jours lors du Mondial 2018). Il aurait aimé améliorer son record dans cette CAN 2019, mais Javier Aguirre ne l’a pas convoqué.

 

LA SÉLECTION LA PLUS JEUNE : LE MALI

Le Mali, qui a failli manquer cette CAN sur disqualification, se présente avec le groupe le plus jeune. La moyenne d’âge des Aigles ne s’élève qu’à 24,21 ans. Un coup d’œil au groupe de Mohamed Magassouba permet de mieux comprendre. Le joueur le plus âgé, le gardien Ibrahim Bosso Mounkoro, n’a que 29 ans. Et à l’autre extrémité, on retrouve deux joueurs qui n’ont encore que 19 ans : Cheick Doucouré et le grand espoir Sékou Koïta.

 

LA SÉLECTION LA PLUS ÂGÉE : MADAGASCAR

Pour la première CAN de l’histoire de la sélection malgache, Nicolas Dupuis a misé sur l’expérience. L’entraîneur français a notamment convaincu Jérémy Morel de rejoindre les Barea. Résultat, le Lyonnais en est le doyen avec ses 35 ans, 2 mois et 21 jours, et la moyenne d’âge du groupe grimpe : 28,65 ans. Il est vrai que sur les 23 internationaux, 8 d’entre eux (dont 7 joueurs de champ) ont plus de 30 ans.

 

LES MEILLEURS BUTEURS : ANDRÉ AYEW ET ASAMOAH GYAN (GHANA) LOIN DERRIÈRE SAMUEL ETO’O (CAMEROUN)

Sauf exploits retentissants, Samuel Eto’o va garder son titre de meilleur buteur de l’histoire de la CAN encore quelques années. Le Camerounais est au sommet avec ses 18 buts en 6 CAN. Dans cette édition 2019, deux joueurs peuvent se rapprocher, et tous deux portent les mêmes couleurs : ce sont les attaquants des Black Stars, les Ghanéens André Ayew (29 ans) et Asamoah Gyan (33 ans), 8 buts chacun. Ils sont les meilleurs buteurs en activité et présents pour cette CAN.

Le record de buts sur une seule CAN sera aussi difficile à aller chercher. En 1974, le Congolais Pierre Ndaye Mulamba – décédé en début d’année à l’âge de 70 ans – avait marqué à 9 reprises sous les couleurs du Zaïre. Ces 20 dernières années, les meilleurs buteurs n’ont pas dépassé les 5 réalisations sur une seule édition.

LES PAYS NOVICES NE SONT PLUS QUE DOUZE

Avec ce passage de 16 à 24 qualifiées, 3 sélections qui n’avaient jamais disputé de Coupe d’Afrique des nations vont connaître leur première : le Burundi, Madagascar et la Mauritanie. Cela signifie qu’il reste 12 pays encore jamais apparus en phase finale de la CAN : la République Centrafricaine, les Comores, Djibouti, l’Erythrée, l’Eswatini, la Gambie, le Lesotho, le Tchad, Sao Tomé et Principe, les Seychelles, la Somalie et le Soudan du Sud.

 

LE VIEIL HABITUÉ : L’ÉGYPTE

Les Pharaons et la Coupe d’Afrique des nations, c’est une vieille histoire. L’Égypte avait participé et remporté la première édition en 1957. Une CAN qui ne regroupait que trois nations – l’Égypte, l’Ethiopie et le Soudan –, rappelons-le. En 32 éditions, elle compte 24 apparitions en phase finale ; aucun pays ne fait mieux. La Côte d’Ivoire (23 qualifications) et le Ghana (22 qualifications) suivent.

L’EXPERT : TOUJOURS L’ÉGYPTE

Les différentes sélections d’Égypte ne perdent pas souvent quand elles se hissent en finales. Certes, la dernière fois, ça s’est mal passé face au Cameroun. Mais généralement, les Pharaons savourent : en 9 finales, ils se sont imposés 7 fois. Le Cameroun compte lui 5 victoires pour 2 défaites.

 

LE MALHEUREUX : LE GHANA

Depuis 1982, les Black Stars courent après une cinquième victoire en CAN. Ce n’est pas faute d’essayé… Mais à côté de ses quatre sacres, le Ghana traîne cinq défaites en finales. C’est la nation qui a perdu le plus de finales devant le Nigeria (quatre défaites). Le Burkina Faso, la Guinée, la Libye, le Mali, l’Ouganda et le Sénégal partagent un triste titre : celui de seules nations à s’être hissées en finales mais à n’avoir jamais gagné.

Renaissance Actu/ RFI

Sur Jean Louis KAGAHE

Vérifiez également

Maroc / Sahara: Pour les États Unis, l’indépendance n’est pas une option

By The Wall Street Journal Pour les Etats-Unis, l’indépendance n’est pas une option pour le …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *